Contenu | Menu

Bureau de l'humanitaire | EM Strasbourg EM Strasbourg
Autres sites
Bureau de l'humanitaire | EM Strasbourg

Délégation Laos : Compte - Rendu

Publié le 26 juin 2016, Mis à jour le 29 juin 2016

Découvrez le compte-rendu de notre Délégation au Laos !

Délégation Laos : COMPTE RENDU


Vendredi 27 mai :

Après tant de mois à en parler, le jour J est enfin arrivé ! C’est parti pour trois longs jours de trajet. Nous voilà donc tous, quinze teddys roses, à la gare de Khel. Après trois trains différents, à peine chargés... , nous voilà arrivés à l’aéroport de Frankfort. L’aventure commence : comme toujours, un groupe de filles a ses déboires, drague oblige (Pauline a failli rester à l’aéroport, draguée par le douanier, Mathilde dans l’avion, accostée par le stewart et Manon bien accrochée à son siège à cause d’un voisin, lui, bien accroché à sa cuisse !).

Sans parler de notre coquette Sala qui aura pensé au maquillage mais pas au Visa ! Verdict : presque bloquée à l’aéroport ! Mais ouf : solution trouvée ! La voici embarquée avec nous à bord des avions Qatar Airways ! L’excitation est toujours bien présente dans le premier vol où nous savourons le luxe du Qatar (certains ont bien profité du bouton « hôtesse »). Arrivé à Doha (Qatar) à 1h30, encore bien endormis. Embarquement pour le nouvel avion dans 10 minutes ... Notre joyeuse troupe à moitié réveillée a donc connu la joie du footing nocturne. Ouf on l’a eu ! Une bonne nuit de sommeil s’impose (sauf pour certains « Y’avait trop de films ! » cc. Ronan).


Samedi 28 mai :

Arrivés à Bangkok, sains et saufs et l’estomac bieeeen rempli, nous voilà prêts pour un défilé de bus ! First stop : gare routière de Bangkok. Test des premiers repas asiatiques pour certains. Une chose est certaine ne pas se fier au « peu épicé » des vendeurs. 18h45 : on embarque dans le prochain bus qui nous mènera à Chang Meck (frontière laotienne). La peur du petit groupe de passer toute une nuit dans un bus s’évapore très vite à la vue de ce dernier : siège « lit » massant, free wifi et écran tactile. Bref le grand confort des aventuriers (Le Qatar aurait-il investi à Bangkok ?!).Dimanche 29 mai :Après une nuit ponctuée de contrôle du bus par la police thaïlandaise c’est l’arrivée à Chang Meck à l’aube. Après un petit temps d’attente nous passons la frontière. Nous voici au Laos ! Nouvelle attente pour nos voyageurs que les membres du village viennent nous chercher à la frontière. A leur arrivée notre bus de luxe a laissé place à un joli petit Touk-Touk. Seulement voilà, 15 valises et 15 personnes dans un Touk-Touk c’est un peu tendu. Les valises au milieu, tout le monde autour mais comme l’aventure ne s’arrête pas là on en met à l’arrière sur le bord (cc : Estelle, Fanny et Mathilde). Merci à ces demoiselles d’avoir servi d’attrape poussière et de parapluie pour les autres membres de la troupe (c’est beau la générosité).

Arrivée à Paksé, c’est le moment d’échanger nos euros en kips et de prendre quelques cartes sims pour garder contact avec nos familles. Premier restaurant laotien en compagnie de certains membres du village. Ce dernier tournera vite en karaoké français et laotien. La bonne ambiance est au rendez- vous et on aura découvert de vrai talent (cc. Sala). Départ pour Ban None Champa le ventre bien rempli. C’est maintenant à Pauline et Laura. M de servir d’attrapepoussière.Arrivée à Ban None Champa chez Mme Sone. Nous sommes très bien accueillis (petit drapeau français pour reconnaître la maison, collier de fleur et des sourires par milliers.) Après avoir côtoyé les villageois et enfants nous avons savouré une bonne « douche à l’italienne » (ou plutôt à la casserole) que l’on attendait tous néanmoins avec grande impatience. Nous ferons ce soir-là notre première rencontre avec le directeur de l’école. C’est la soirée de toutes les premières découvertes : premier repas laotien fait maison, premier vrai orage/averse (la mousson est belle et bien là) et premier coucher à 20h30. Rassurés d’avoir des moustiquaires et les ventilateurs branchés c’est parti pour notre toute première vrai nuit en 3 jours.


Lundi 30 mai :


Réveil aux alentours de 6h (eh oui les laotiens sont matinaux), premier petit déjeuner typique : découverte de nouvelles saveurs grâce aux différents beignets, mangoustan et sorte de petit litchi (nous sommes encore à la recherche du nom de ce fruit qui ne se laisse pas manger très facilement). 8h30 : la joyeuse petite troupe part pour la visite du village et de l’école. Nous passons un peu de temps avec le directeur de l’école où ce dernier nous offrira un petit shooter d’un alcool typique d’ici (liqueur de cannelle). Petit tour de table où chacun chantera également une chanson française (Nous passerons par tous les styles : du remix d’ « une sourie verte » à « la vie en rose » d’Edith Piaf en passant par « Les démons de minuit ».). Après un petit récap sur les plannings et activités du mois nous voilà partis pour aller voir le chantier du futur collège. Une chose est sûre c’est que nous n’allons pas chômer. Petite visite des alentours et retour juste à temps sous les grondements du tonnerre pour manger. L’après-midi à la maison sera rythmé par les rires des enfants grâce aux différents jeux proposés par la délégation, l’apprentissage du laosien avec Madame Sone et les temps de repos pour récupérer de notre long voyage. A ce jour, la chose la plus marquante sera certainement la grande gentillesse des villageois.
 

Mardi 31 mai :

Premier jour de chantier pour nos maçons de l’extrême. Comme dit précédemment, tout est encore à faire et beaucoup de travail nous attendait. Nous avons été surpris à notre arrivée de finalement nous retrouver dans le bureau du directeur où un cadeau nous attendait.
"Nous avons chacun reçu des petits bracelets blancs en tissu. Ces derniers, passés à notre poignet à tour de rôle sous la bénédiction du directeur et de ses collègues, représentaient un rituel pour nous donner de la force sur le chantier. Sur ce dernier, seules les délimitations des pièces apparaissaient. Des montagnes de terre présentent dans chacune d’elles. Notre rôle, ce jour-là était d’égaliser la terre dans les pièces et enlever le surplus. À nos pelles, à nos bêches, à nos seaux ... "
Ce qu’on pensait être fait sur des semaines s’est finalement réalisé en quelques heures. (Mal aux bras ? Pas du tout !). Dès qu’une pièce avait un niveau de terre acceptable nos ouvriers se sont transformés en apprentis maçons et ont commencé à monter les murs (au Laos, on ne perd pas de temps). Tout cela bien évidemment sous la direction des chefs de chantier et du directeur. La bonne ambiance était également au rendez-vous grâce aux chansons laotiennes résonnant dans les enceintes et chantées au micro par les membres du village. Après cette journée sous le soleil sur le chantier, c’était le repos bien mérité ! Un bon repas, un petit jeu de loup-garou (il paraîtrait qu’on suspecte toujours les mêmes, cc. Fanny) et hop au lit !


Mercredi 1 juin :

Deuxième jour de chantier : sur le chemin de l’école, nous avons croisé le directeur qui nous a demandé de rapporter des branchages. Les questions fusent : c’est pour le chantier ? Pour balayer le sol ? Pour tenir les bâches qui cachent du soleil ? Nous n’y étions pas du tout. Le 1er juin, la tradition veut que l’on plante des arbres. Nous voilà donc dans la cour de l’école à replanter les branchages pour espérer voir pousser un nouvel arbre dans les années à venir. Concernant le chantier, même schéma que la veille, on monte les murs et on équilibre le niveau de terre. Certaines se sont même découvert un certain talent en apprenant à faire du béton (Gabrielle et Héloïse nouvelles bétonnières de la délégation). Le directeur nous apportera également une petite bière bien fraiche qu’on aura l’occasion de goûter à tour de rôle (et en plus d’être fraiche, elle était délicieuse). Après-midi repos pour le petit groupe qui sera rythmé par des cours d’anglais improvisé aux enfants par notre chère Gabrielle et des jeux par milliers. La complicité avec les enfants commence à naître petit à petit.
La chose à retenir : la richesse des échanges avec les enfants et villageois malgré la barrière de la langue. Énormément de choses peuvent finalement passer grâce à la langue des signes et l’imitation. L’apprentissage des langues, laotienne comme française, se fait doucement, mais sûrement et la curiosité des deux parties est belle à voir.

BILAN DES TROIS PREMIERES SEMAINES

- Chantier :Après tant de semaines à faire usage de tous nos talents de maçons, nous y voilà. Après tant de semaines à faire usage de tous nos talents de maçons, nous y voilà. Nous avons enfin fini de tamiser le sable tout au long du terrain. Le sol est complètement rasé. Prêt à supporter les murs de l'école, nous avons ainsi commencé à monter les murs, qui avancent petit à petit, du côté gauche du terrain (là où sera bâtit les trois premières salles de classe)
- Cours :  On a enfin commencé à donner les cours d'anglais aux enfants. Divisés en trois classes, avec trois à quatre professeurs par classe, les enfants sont séparés par niveau. La première classe est celle de Pauline, Coline, Estelle, et Laura Noy. Comprenant les élèves d'un niveau faible. La deuxième est celle de Laura Masseiti, Mathilde, Heloise, Ronan, Fanny et Sala , comprenant des élèves d'un niveau moyen. Enfin la classe de notre internationale bilingue, Gabrielle Martin ! Avec Soufien et Sam qui est comme vous devez le deviner, la classe des plus forts. Les deux premières classes apprennent les bases en anglais aux enfants (savoir se présenter, compter de 1 à 1000, reconnaitre les couleurs, etc). Pour le moment les cours se passent plutôt bien, les enfants participent en classe et dans leurs yeux se lie cet envie d'apprendre et de s'instruire. À la fin des cours à 17H, certains restent pour jouer au volley avec eux (Coucou Helo & Estelle) , d'autres au foot (Coucou Ronan ) , pendant que d'autres leur apprennent la chorée réalisée par nos chorégraphes de la délégation (Coucou Gabi & Mathou ! )
- Activités :  Un weekend riche en émotion, découvertes et contemplation de beaux paysages ! Nous avons été aux cascades de champa le samedi, où nous avons passé la journée et profité des water all du site. Le dimanche matin, grasse matinée bien méritée après une intense semaine en chantier. Après midi : visite des temples budha à Pakse !

SUITE DU BILAN DES 3 SEMAINES :

- Chantier :  Nous pouvons à présent être fiers de notre talent en maçonnerie ! Sur cette dernière semaine, toutes les montagnes de terre présentes dans chaque pièce ont été aplaties. Les trous causés par la mousson également comblés. Nous pouvons désormais nous concentrer entièrement à la construction des murs. Jour après jour, nous voyons se dessiner les différentes salles de classe. Les efforts commencent à payer. Les tas de sable présents à notre arrivée laissent maintenant place aux prémices de l’école. Cette dernière qui, nous l’espérons, accueillera sous peu la future réussite des élèves.
Plusieurs rebondissements ont quand même pointé le bout de leur nez : nous avons été ravis de faire connaissance un matin avec Margueritte, petite vache qui avait décidé de s’installer dans une des salles de classe. Chaque matin, nous découvrons également de nouveaux ouvriers : tous les villageois mettent la main à la pâte. Pour finir, le chantier se transforme en réel site de rencontre : il paraîtrait qu’une certaine demoiselle de la délégation serait tombée sous le charme de notre chef de chantier.

- Cours :
  Après une première semaine qui nous avait paru fructueuse, nous nous sommes rendus compte que les élèves apprennent tout par cœur, à défaut de comprendre. Du coup, nouvelle semaine, nouvelle méthode ! Nous sommes donc revenus à des bases plus simples qui portent davantage leurs fruits. On est de retour au temps des dictées et de l’apprentissage par le jeu (cours de dessin pour apprendre les animaux, on voit de vrais talents se révéler, cc Mathou). En tant que vrais cancres, nous avons profité d’un après-midi où les enseignants n’étaient pas là pour faire faire de nombreuses activités aux enfants. Au programme : scooby-doo, coloriage (même pour les grands ! cc Manon), bracelets, memory, badminton, billes, etc. Tout ça dans une bonne ambiance et en musique s’il vous plaît ! Pour finir cette bonne journée, notre délégation réunit encore tout le monde présent pour une seconde représentation de notre petite chorée apprise la semaine passée ! Et pour changer un peu, début des cours d’informatique par petits groupes, gérés par notre chère « Teacher Gaby ». Les débuts se font sur Word : écriture, copier, coller, etc... Les enfants sont ravis rien qu’en changeant la couleur de leur texte ! Tout cela fait plaisir à voir !

- Week-end :  Pour décompresser de toutes ces matinées sur le chantier, petit grasse mat’ bien méritée samedi ! Tout le monde se repose pour l’après-midi qui est riche en découverte. Petite visite du marché de Paksé : autant dire que niveau odeurs, nous avons découvert de nouveaux « parfums » ! Traversant les allées, nous découvrons tous les fruits exotiques colorés, mais également les étals de poissons à même le sol, ou encore quelques têtes de cochon dépecées, mais toujours avec leurs yeux ! Autant dire que nous nous sommes dépêchés de passer par là ! Une longue marche nous attendait pour traverser la ville, afin de nous asseoir dans un petit boui-boui pour boire un verre. Nos aventuriers se sont régalés de jus de fruits frais et de bière laotienne (« BeerLao » de son nom, oui oui, c’est original, vous nous direz !).

Après cette petite pause, c’est cession shopping pour certaines (alors que certains se sont endormis dans le centre commercial), puis arrêt carte postale pour remercier nos chers donateurs du Crowdfunding (1900€ on le rappelle !!).

Certains en profitent également pour acheter certains fruits exotiques à déguster plus tard. Mais digne européen que nous sommes certaines, impatientes de déguster leur mangue, ont été ravies de découvrir le lendemain matin qu’il s’agissait d’une papaye. (cc. Fanny&Mathou)
Et pour finir cette belle journée en beauté, nous décidons de nous faire plaisir avec un petit restau qui change des repas de Madame Som. Direction le Paksé Hotel, et son super restaurant « Le Panorama », avec une vue sur tout Paksé. Nous arrivons pour le coucher de soleil, et profitons de cette fin de journée comme il se doit ! Au menu, plats européens qui nous changent avec grand plaisir du riz servi à tous les repas (sans exception !!). Et puis retour à la maison en Touktouk où nous sommes accueillis par Madame Som avant d’aller nous coucher !
Dimanche matin, levé tôt : un van nous attend un peu avant 8h pour nous emmener au Vat Phu, temple datant du 11e siècle et classé au patrimoine de l’Unesco. Nous y arrivons après une petite heure de route. Et nous ne sommes pas déçus du trajet ! Le Vat Phu est un ensemble religieux d’architecture khmère et de religion indouiste. L’ensemble religieux est composé de différents palais, terrasses, temples et escaliers. Après plus d’une heure de marche, le temps de découvrir le site et de monter une ribambelle d’escaliers, nous arrivons au point culminant où se trouve le sanctuaire ainsi que la source sacrée. De la terrasse du sanctuaire, nous pouvons savourer une vue exceptionnelle sur l’ensemble du site et des rizières alentours. Quelques petites photos au passage tout de même ! Pour l’histoire, nous avons pu voir un Trimurti, la Trinité hindouiste représentant Shiva, Dieu principal du sanctuaire, Brahma et Vishnu, le premier représentant la terre et le second l’air. Après cette belle visite, retour dans Paksé pour manger un bout et réserver le week-end suivant sur les 4 000 îles, mais nous ne vous en dirons pas plus !


Les anecdotes de notre quotidien :

Chapitre 1:  Les nuits laotiennes une chose est certaine c’est que même la nuit, on ne s’ennuie pas. On commence par les coupures de courant (l’absence de ventilo aura transformé la chambre en hammam) puis vient les orages. Effet brumisateur garanti pour certains. Si certains dorment paisiblement en écoutant la pluie tomber et le tonnerre gronder, d’autres ont eu peur que le ciel leur tombe sur la tête. Vient enfin la fameuse nuit de l’ambiance où, après une petite épidémie de gastro/tourista ou on ne sait quoi, c’était les retrouvailles à 3h du matin à la salle de bain (Notre jeu du loup-garou prend-il finalement vie ??)
Chapitre 2:  La richesse des échanges malgré la barrière de la langue bien présente, l’échange avec notre famille d’accueil est d’une richesse sans fin. Alors que certains écrivaient leurs cartes postales, Mme Sone, la dame qui nous accueille, vient leur faire comprendre qu’elle ne sait pas écrire. Un petit cours s’improvise donc : nous lui faisons écrire quelques lettres de l’alphabet et grâce à nos différents jeux, nous lui apprenons certains mots (notamment les animaux) en français, qu’elle nous apprendra à son tour en laotien.


 




Partagez ! Recommandez !
Partagez ! Recommandez !
EM Strasbourg Business School
61 avenue de la Forêt-Noire
F-67085 Strasbourg Cedex, France

[legende-image]91[/legende-image]
Suivez-nous

Connexion